C’est une maison bleue …

Passer une journée à San Francisco, c’est peu. D’autant plus que c’est une ville qu’il faut apprendre à connaître et à aimer. Pour Kévin, un peu misanthrope sur les bords, et pour moi, un peu agoraphobe sur les contours, c’est une ville un peu trop bordélique et bruyante ! Et puis il faut du temps pour apprivoiser le réseau des transports en commun (oubliez la voiture!). On a eu quelques mésaventures désagréables ! 

Mais enfin, il faut bien l’avouer, il y a une ambiance de dingue. Et selon les quartiers, c’est toute son histoire qui vous saute aux tripes. C’est l’équivalent américain et hippie de ces villes côtières pentues et foisonnantes, comme Naples, Marseille ou Lisbonne. Assez européenne, en fait. En tout cas, je peux vous dire que j’étais pas fraîche devant les rues presque à la verticale, mon bon vieux vertige s’est manifesté plus d’une fois.

Voilà en tout cas notre journée type, plutôt du côté des coins touristiques. On a pas eu le temps malheureusement d’aller jusqu’à d’autres quartiers célèbres comme Castro. 

D’abord, l’incontournable Cable Car ! L’employé sur réseau, posté à l’arrière, nous dit assez brutalement qui peut monter ou non, nous dispache sans ménagement dans le petit espace de la cabine et actionne dans de grands gestes le levier qui met en branle la machine. Au début, il nous a un peu intimidé. En fait, c’était un grand rigolo qui nous a piapiaté des choses incompréhensibles en français, et qui a posté Kévin (presque de force) tout à l’arrière du Cable Car. Il nous a montré toutes les jolies vues, dans le genre :

«  THERE THERE, LOOK ! »

Je peux vous dire qu’on lookait grave, de peur de se faire engueuler. Et ça en valait la peine. Sacré bonhomme.

Ensuite, on a atterri à Fisherman’s Wharf. LE quartier marin, en gros. Une merveille. Il suffit de marcher le long de la marina. On a aperçu Alcatraz de loin, mais Kévin n’est pas à l’aise en bateau (non mais je vous jure, on est armés pour les voyages nous). On s’est acheté des Shrimps&Chips et un sandwich au crabe dans l’un des nombreux et adorables bouibouis tous alignés au bord de l’eau. On a admiré les couleurs et on s’est fait un copain lui aussi fan des Golden Gate Warriors. Normal, me direz-vous, puisqu’on était dans leur fief. 

On est arrivés à l’incontournable Pier 39 où les otaries se prélassaient sous le soleil de novembre. Elles ont l’air chouettes comme ça en photo mais ne vous méprenez pas : elles sont extrêmement méchantes entre elles et surtout, surtout, elles empestent… Mais alors d’une force.

On a quand même tenu assez longtemps. On arrivait plus à les lâcher. C’était un vrai théâtre permanent : depuis les deux copines qui se faisaient des mamours, jusqu’au gros chef tombé à la flotte qui essaye de se retrouver une place au sec à grand renfort de hurlements. Tout ce cirque se passe sous l’oeil attentif des goélands porte-bonheur.

On a quand même fini par avancer, et on est entrés dans la zone « shopping ». Une explosion de couleurs, d’odeurs et de devantures incroyables. Il y avait même le gros Al Catraz (subtil) qui faisait un spectacle pour les enfants. 

C’est là que les ennuis ont commencé : on voulait aller jusqu’au Golden Gate Bridge. Parce que bon, quand même. Kévin a vaguement cherché l’itinéraire en bus sur son téléphone et a décrété que l’arrêt n’était pas loin. On a du marcher environ deux heures. À San Francisco. Je vous ai déjà parlé des rues en pentes ?

Mais une fois encore, après quatre ampoules et trois bus différents, ça en valait la peine.

On a terminé la journée par les jolies Painted Ladies : comme une bande de vieilles commères qui surveillent la ville et papotent à tout jamais en se pomponnant la façade. C’est quand même seulement là qu’on a compris que la maison bleue de Maxime n’avait rien à voir avec ces bâtisses là, et qu’elle était à un tout autre endroit de la ville. 

Je vous avoue qu’on a laissé tomber, et qu’on est rentrés à notre auberge.

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Newsletter

& un petit partage de l’article sur facebook ? Cliquez là ↓ 🙂