Rendez-vous chez

Phuzion storm

To read this article in english, click here !

 

Nous sommes tous les deux des amoureux du tatouage. Lors de notre premier roadtrip, nous nous étions arrêtés chez House of Ink, sur Venice Beach à Los Angeles, et nous étions repartis avec chacun un joli dessin sur le corps (récit d’expérience à retrouver ici).

Pour notre second voyage, impossible de passer à côté : ces tatouages représentent chaque aventure que nous vivons. Mais cette fois-ci, Kévin a cherché pendant des mois avant notre départ un tatoueur Lakota, fasciné qu’il est par leur culture. C’est d’ailleurs déjà bien présent sur sa peau !

Et il a trouvé. Il a pris rendez-vous via facebook avec Paul Fiddler, qui avait lancé trois ans auparavant son shop « Phuzion Storm » à Rapid City, dans le Dakota du Sud.

 

Pour être honnête, on appréhendait un peu. C’est toujours difficile de prendre rendez-vous pour un tatouage sans connaître ni la personne, ni les lieux, ni l’ambiance. On confie quand même un bout de notre corps pour toujours à quelqu’un ! Et puis, si vous lisez notre récit concernant House of Ink, vous comprendrez pourquoi on était tout tremblants en arrivant devant le shop.

Mais Paul nous attendait dans son studio génialement décoré et nous a accueilli avec une chaleur peu commune. On le soupçonne d’avoir été un peu intimidé lui aussi, par ces deux français étranges qui voulaient que ce soit lui et personne d’autre. On a mis un moment à se détendre tous les trois, on a beaucoup parlé. On lui avait amené un cadeau : un t-shirt designé par une amie illustratrice. Paul a partagé avec nous sa culture, ses croyances et plus encore. Il a remarqué les plumes tatouées sur le bras de Kévin et nous raconte ce que ça signifie pour les Lakota : trouver une plume, c’est comme une récompense. C’est la nature qui t’honore pour l’une de tes bonnes actions, un acte de bravoure, de générosité, et plus la plume est rare, plus l’acte est honorable. Si vous trouvez une plume, elle est à vous, et il vous revient de la garder précieusement sans en faire étalage.

On a tellement parlé que Kévin ne s’est pas fait tatouer ce jour-là; ce serait pour le lendemain. Cela laissait le temps à Paul de dessiner le bison qu’ils avaient déjà évoqués ensemble. Dans l’intervalle, on se retrouverait le soir dans un Steak House pour rencontrer sa famille et – je vous le donne en mille – manger du bison !

Après avoir passé une soirée mémorable au restaurant avec la famille Fiddler, nous revoilà dans le studio de Phuzion Storm. Paul me demande si je veux me faire tatouer, moi aussi. J’hésite. Je suis du genre à improviser, mais pour l’instant je n’ai pas d’idée particulière.

Il nous montre son dessin, d’une simplicité et d’une élégance parfaite, et explique à Kévin les différents symboles qui s’y cachent. Ils se préparent tous les deux au milieu de nos rires. L’hygiène est impeccable. Kévin signe le document que chaque futur tatoué doit signer. Et Paul commence.

Pendant que je mitraille les deux zozos morts de rire, je trouve un petit bout de papier sur le comptoir : un dessin de trois plumes rassemblées. Je lance:

« Hey, Paul, look what I’ve found ! »

« Oh yeah, you found it ? So they are yours. »

J’avais trouvé mes plumes. Je ne pouvais pas les ignorer.

Comme c’est avant tout un article sur un tatoueur, on ne vous dira pas tout le reste. On ne vous dira pas qu’on a passé deux jours géniaux avec la famille Fiddler. On ne vous dira pas qu’on leur a cuisiné une blanquette pour leur faire goûter du Made in France (yeah). On ne vous dira pas que depuis que nous nous sommes rencontrés nous suivons chacun les aventures des autres, et qu’on a hâte de les revoir. On ne vous dira pas quels amis précieux ils sont devenus.

Mais une chose est sûre : si vous passez par Rapid City, arrêtez vous chez Phuzion Storm.

Son site

Sa page facebook

 

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Newsletter

& un petit partage de l’article sur facebook ? Cliquez là ↓ 🙂

error: Les pages sont protégées, contactez-nous pour les droits des images. Merci